Les laisser grandir

Hello!

Aujourd’hui j’arrive à un tournant de ma maternité…

Ces dernières années j’ai passé mon temps à protéger mes enfants, à les surveiller comme le lait sur le feu (surtout petit renard) à leur laisser peu de marge de manœuvre parce que maman angoissée j’avais peur qu’ils se blessent ou autre… et puis ils étaient si petits, je voulais les protéger contre le monde entier!

Oh je suis paradoxalement la maman qui, au parc, va laisser ses enfants jouer en totale liberté qui ne va pas être sur eux, qui va les laisser vivre, se faire des copains, etc… et être la maman qui à la maison va les surveiller, empêcher les disputes, régler les différents sans les laisser trouver une solution eux-mêmes, éviter les expérimentations car ça m’angoisse, il suffit qu’on soit invité et je vais surveiller le moindre débordement, avec évidemment la conséquence : il y a des débordements, ils me testent (oui oui n’en déplaisent à certains!)

Et puis l’école est arrivée..

Et aujourd’hui ils arrivent à des âges (presque 6 ans et 4 ans) où je commence à les laisser sans garde fou, où je vais leur édicter des règles claires mais je vais les laisser faire leur vie

Ce lâcher prise est compliqué chez moi, et je pense que après tant d’années à protéger leur laisser une ouverture est encore plus compliqué. Les habitudes ont la vie dures comme on dit, et lâcher du lest lorsque l’on a passé presque 6 ans à tout surveiller : c’est dur!

Mais voilà, doucette rentre en primaire en septembre prochain, elle grandit, a déjà sa vie personnelle à l’école, où je ne sais pas tout se qui se passe (et c’est tant mieux et normal)… Alors nous arrivons à un stade de la parentalité où je dois revoir mes automatismes…

Leur laisser plus de liberté tout en étant pour les ramasser s’ils tombent, garder cette confiance qu’ils ont envers moi, tout en les laissant un peu plus libre : un vrai numéro d’équilibriste!

Mes enfants ne sont plus des tout petits, c’est un fait, et sans pour autant leur donner les mêmes responsabilités que j’avais à leur âge (pas à 4 ans je vous rassure! à cet âge c’était encore le bon temps pour moi), (à 7 ans lorsque j’étais chez mon père j’étais responsable de : la vaisselle, le balai, étendre le linge, le plier et le ranger, mon père et sa compagne me laissait régulièrement ma petite sœur de 6 mois en garde pendant 3 ou 4h, donc couches voir biberon, etc…) non je n’ai pas pour but de faire grandir mes enfants plus vite qu’il ne devraient, de plus là où à 7 ans on me disaient juste : « tu es grande, tu gères » sans plus d’explication, j’apprends à mes enfants :

  • je leur apprends à ranger (non c’est pas inné je vous promet! ça s’apprends)
  • je leur apprends à régler leurs conflits sans violence
  • je leur apprends à mettre la table, faire leur lit…

Je leur apprends toutes ces choses que j’ai apprises moi mais dans la violence

Se réadapter, chaque jour, à chaque période de la vie, c’est aussi ça être parents, leur laisser petit à petit leur liberté, ne pas les étouffer de notre amour ou de nos angoisses, c’est aussi ça la parentalité…

Aujourd’hui on arrive à une nouvelle étape, sortir de la période petite enfance pour entrer dans celle de l’enfance (la meilleure période à mon sens), je suis sûre qu’il y aura des embûches, des coups de mous, des disputes, des réajustements, une doucette qui va monter au créneau devant maman ou l’amoureux ou papa qui refusent ceci ou cela. Ce sera aussi des découvertes, la question de l’argent de poche (qui est déjà arrivée sur le tapis!), la question de laisser plus de liberté à doucette car elle est plus grande que son frère

Et puis soyons honnêtes : les angoisses! nous ne sommes plus dans les années 90 où lorsque j’étais gamine à 8 ans nous prenions nos vélos pour aller rejoindre les copains (et sauter dans Le Loir (non il n’y a pas de fautes!) derrière la piscine alors que c’était interdit), je ne sais pas si dans 2 ans je serait d’accord pour laisser mes enfants avec autant de liberté que nous avions à l’époque…

Les questions se bousculent en ce moment, je vois ma fille grandir, s’affirmer, me demander quand est-ce qu’elle aura un téléphone (pas maintenant ma fille tu n’en as pas besoin!), me demander à faire des soirées pyjamas… et de façon légitime on se questionnent sur les libertés et les interdits selon son âge, son évolution aussi, car on doit composer avec son HPI qui lui donne plus de maturité (oui chez elle ça marche comme ça)…

Je suis sûre que comme lorsqu’elle était bébé et que j’ai tâtonné et me suis questionnée pour certaines choses (quelles couches? quel lait au moment du sevrage? c’est normal qu’elle n’ai pas fait caca depuis 24h?), à l’âge où toutes ces questions sont derrière nous, où je passe moi-même pour une sommité auprès de ma petite sœur et de mon neveu, d’autres questions sans réponse arrivent.

Je me sens exactement comme ma fille en ce moment : Elle est sur le point de quitter l’école maternelle où elle est « la grande », où elle est regardée par les petits avec respect presque, pour se retrouver dans la classe des petits en cp… C’est exactement le même sentiment face à ce nouveau tournant de la parentalité…

Mais j’ai de la chance : comme ma fille aura des amies, des professeurs et nous pour lui apprendre à évoluer dans ce nouvel univers de « grands », moi aussi je peux trouver du soutien et des réponses à mes questions : mes amies (me lâchez pas les filles!), ma belle-sœur (bien pratique les différences d’âges quand même!)

Alors on va avancer vers cette nouvelle étape en repoussant les angoisses, en accompagnant, en expliquant pourquoi on dit non parfois, et oui d’autres fois

Et en attendant les enfants apprécient de ne plus avoir maman constamment sur le dos, ils apprécient la confiance que j’ai en eux…

C’est un peu décousu comme article je m’en rends compte mais j’avais besoin de partager cette nouvelle étape et ce que je ressent, lorsque j’ai ouvert le blog il y a 5 ans et demi j’étais toute jeune maman, j’avais besoin d’échanger sur ce nouveau rôle, et j’ai eu nombre de merveilleux conseils, et puis les enfants sont devenus de grands bébés et sont sortis de la petite enfance (nan petit renard y est encore!) et j’ai l’impression qu’on partage moins sur cette période, comme si les blogs n’étaient là que pour les jeunes parents!

Mais voilà les enfants grandissent et les problématiques aussi… Alors je continuerai d’écrire ici, de partager sur ce nouvel aspect de la parentalité : être parents de petits grands!

XOXO

Angèle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s